top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurJulia Turqueti

Première édition – Concours d’éloquence en Val-de-Marne


S’exprimer en public, défendre une position, convaincre, autant de qualités qui furent nécessaires aux huit candidats de la 1ère édition du concours d’éloquence en Val-de-Marne, qui se déroula le 30 janvier dernier.


Issus de quatre établissements du réseau d’enseignement prioritaire (REP), les collèges Pierre Brossolette de Villeneuve-Saint-Georges, Jean Perrin de Vitry-sur-Seine, Karl Marx de Villejuif et Albert Schweitzer de Créteil, les participants se sont confrontés au difficile exercice qu’est l’art oratoire.


Face à un jury composé de la vice-présidente du Tribunal pour enfants, du vice-procureur du Tribunal de Grande Instance, d’une avocate du barreau du Val-de-Marne (et secrétaire générale de l’association de défense des mineurs), la directrice territoriale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, la directrice adjointe de la DDCS, le proviseur vie scolaire à la DSDEN, un conseiller délégué du Conseil Départemental et le Président de Justice et Ville, les participants ont fait revivre, le temps du concours, deux grandes affaires juridiques ayant pour thème : « culpabilité ou innocence, la responsabilité en question ».


Chaque classe participant au concours a bénéficié de cinq séances de préparation, menées par les juristes de l’association Justice et Ville et des avocats de l’association de défense des mineurs du barreau du Val-de-Marne. Durant ces séances, les élèves volontaires ont pu découvrir les procès de Louise Ménard et d’Alexandra Lange, interrogeant chacun la notion d’état de nécessité et de légitime défense. Soutenus par les juristes de l’association, les élèves ont dégagé les arguments permettant d’expliquer ou de condamner les gestes de ces deux femmes. Ils ont ensuite procédé à la mise en forme de leur argumentaire.


A l’issue de la dernière séance, les élèves ont dû choisir les deux candidats qui ont représenté leur établissement et ont endossé, respectivement, les rôles de procureur général et d’avocat de la défense.


Le jour J, c’est au sein d’un lieu symbolique, le Tribunal de Grande Instance de Créteil, dans la bibliothèque de l’ordre des avocats, que s’est déroulé le concours.


Lors de la première manche du concours, les élèves se sont attelés à refaire le procès de Louise Ménard, une jeune mère de famille, qui vola du pain afin de nourrir son enfant et sa mère. A l’issue, le jury s’est retiré pour délibérer et choisir les quatre demi-finalistes :

  • pour les avocats : le collège A. Schweitzer de Créteil et le collège J. Perrin de Vitry-Sur-Seine ;

  • pour le parquet : le collège P. Brossolette de Villeneuve-Saint-Georges et le collège Schweitzer de Créteil.

Le jury a départagé les quatre finalistes grâce à leurs textes sur l’affaire Alexandra Lange, une femme qui avait poignardé son mari au cours d’une dispute conjugale. Légitime défense ou non ? Chacun a défendu ardemment sa position.


Le jury a souhaité décerner un prix spécial à l’avocate du collège A. Schweitzer pour ses arguments et son interprétation.

Grâce à leurs textes convaincants, l’avocat général du collège Pierre Brossolette et l’avocat de la défense du collège Albert Schweitzer ont été élus grands lauréats de la première édition du concours d’éloquence en Val-de-Marne.



5 vues0 commentaire

Comments


bottom of page